Derniers messages

veysset Michel
Vous avez , à l'évidence ,l'art de faire chanter les mots. Je n'ai pas ce t...

JeanPaul
Je me promène dans le jardin des délices, les mots sont précieux,forts, ils...

Philippe
Quel plaisir de lire tous ces poèmes qui sont super beaux. C'est très agréa...

Arthur
Les mots se succèdent ils apportent une grande émotion qui va crescendo bra...

David
Que ce site est beau comme l'ecrit Baudelaire luxe calme et volupté bravo P...

PostHeaderIcon Réveil

REVEIL 

L’aube repose, sous sa paupière close.
Tu dors encore, lové contre mon corps.
Seul un doux frémir parcourt ton chibre d’or.
Eveillé par le velours moite de ma peau de rose.
 
Un appel de vie déploie ton sceptre de roi
Dur comme la pierre, il cherche sa tanière
A l’onctueuse chaleur hospitalière.
Sensitive, l’amphore de mes hanches ondoie.
 
Désir étreint d’un commun suspensoir
Entre mes rives tu glisses ta verge exquise
Jusqu’aux confins de ta terre promise.
Lascive elle imprime nos espoirs.
 
De nos bouches, à nos langues, à nos mains
La fièvre d’amour nous gagne et s’anime
Nos corps fébriles composent la rime
Tes deux mains accrochées à mes seins.
 
Ton membre d’airain soudain s’affole
Dans mon alcôve qui palpite excitée
Au contact de ton gland bourrelé
Je succombe à ton bandant licol.
 
L’aube explose et ouvre sa paupière close.
Alors que s’épanchent, sève et miel,
Le murmure du bleu du ciel
Fredonne son apothéose.

Les commentaires sont fermés.